Photo-Days--Sorbonne-Artgallery--Jane-and-Louise-WILSON--Wedded-rocks--2021.png

Jane and Louise WILSON
Wedded Rocks, 2021

JANE AND LOUISE WILSON

I’d Walk with You, But Not with Her

6 - 30 novembre 2021

Connues pour leurs installations théâtrales mêlant photographie, vidéo et sculpture autour de thèmes environnementaux, Jane et Louise Wilson proposent pour la Sorbonne Artgallery une série qui constitue l'aboutissement de deux résidences effectuées en 2020, « I’d Walk With You But Not With Her », qu’elles font dialoguer avec un travail plus ancien réalisé à Tchernobyl en 2010.

Les sœurs Wilson s’intéressent particulièrement à l’impact de l’homme sur la planète, et notamment à ce qui se passe lorsqu'un lieu, perçu comme inaccessible, devient objet de désir et de contrôle, pour finalement être abandonné aux forces de la nature et de l'environnement, qui reprennent leurs droits et se régénèrent.

Fascinées par l’inconscient, ces sœurs jumelles créent des images étranges, hallucinatoires et psychédéliques, provocant des chocs visuels faits de contrastes de matières (minéral/organique) et de milieux (terre/mer), mêlant la beauté de la nature à l’architecture abandonnée et au chaos de certains sites tristement historiques.

 

Ce duo d’artistes, qui fut nominé pour le Turner Prize en 1999, a depuis été exposé dans les plus grands musées du monde (Metropolitan Museum, Getty, Tate, etc). 

1.jpg
57CD954F-3DD9-4049-B79B-45A5727C4366.jpg

‘Atomgrad, Nature Abhors a Vacuum II, IV, V’ 2010

 Ces photographies à grande échelle révèlent les intérieurs abandonnés et les installations de Pripyat, la ville ukrainienne construite dans les années 1970 pour abriter les ouvriers de l'usine de Tchernobyl, et évacuée après la catastrophe nucléaire de 1986. Cette ville, désormais visitée uniquement par les touristes et les chercheurs, est devenue depuis plus de 25 ans un site du « tourisme noir » (visite de sites dévastés par des catastrophes naturelles ou d'origine humaine).

 

À travers le motif récurrent d'un étalon placé à l'intérieur de chacun des intérieurs, notre acte d'entrer et de photographier ces espaces, d’arrêter le temps dans ce lieu désormais hors du contrôle humain, interpelle le spectateur. Les photographies nous incitent à regarder vers le passé, dans des espaces vides créés par l'homme, mais les étalons (un moyen de mesure désormais tombé en désuétude, tout comme les bâtiments eux-mêmes) jouent avec les notions d'interprétation et de mémoire sur le fait matériel, sur ce qui est enregistré, mesuré, articulé et analysé. »

I'D Walk With You But Not With Her 

IMG_6122.JPG

I'd Walk With You But Not With Her, Jane and Louise Wilson

I’d Walk with You but Not with Her

« Cette série a été réalisée lors de deux résidences d'artistes dans des sites protégés : l’île Gapado, en Corée du Sud, et la ville d'lse, au Japon.

La construction contemporaine des deux sites est désormais fortement axée sur la préservation de l'environnement, le maintien d'écosystèmes durables et le tourisme qui, dans le passé, s'était longtemps concentré sur la récolte et la vente de fruits de mer. Pendant 3 mois nous avons vécu aux côtés des Haenyo, qui tout comme les Amu au Japon, vivent d'une pratique durable de la pêche et du travail collectif. Cela illustre le lien de sororité dont dépend leur survie; quand elles sont ensemble, elles partagent tout. Les œuvres photographiques des deux résidences capturent la matérialité naturelle des pierres de lave géantes, porteuses d'un mysticisme divin au sein de la culture locale. Nous avons voulu mélanger des oursins et des coquillages sur des piles de pierres de lave et des épouvantails à la surface de l'architecture du sanctuaire, fusionner la découverte avec l'inaccessibilité, la rêverie avec la disparition. »

Pour venir, c'est très simple, il vous suffit de présenter le "pass visiteur" ci-dessous à l'entrée. 

Pass visiteur.png