PSJM

OLIGOCRACY

Du 7 décembre au 3 février 2018.​

Vernissage mercredi 6 décembre à 18h. 

En présence des artistes. Entrée libre.

PSJM - Oligocracy

Une campagne promotionnelle complètement cynique.

La Sorbonne Artgallery et l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne présentent les œuvres de Cynthia Viera et Pablo San José Moreno qui forment le duo PSJM, lors d’une exposition intitulée OLIGOCRACY.

 

Pour ce projet, PSJM se sert d’une série de stratégies rhétoriques-plastiques afin de révéler une réalité cachée en pleine lumière. Le système capitaliste actuel et sa sœur, la démocratie libérale, se présentent comme la puissance du grand nombre (les néolibéraux identifient même le « pouvoir du consommateur ») alors que le pouvoir réel est en fait dans les mains de quelques uns, à savoir une poignée de marques qui opèrent comme boucliers pour des entreprises conglomérales.

 

Oligocracy réunit neuf compositions représentant les Trois Grands de l’époque. Par extension, Big Three, titre qui désignait à l’origine les grandes marques de l’industrie automobiliste (Ford, Chrysler, General Motors), est couramment utilisé dans le monde des affaires pour désigner les trois entreprises leaders de leur secteur. Les compositions et arrangements de PSJM combinent les marques pour créer des emblèmes contemporains qui suggèrent l’existence d’un nouveau féodalisme, concept dont parle Jean Ziegler dans « L'Empire de la honte » et « Les nouveaux maîtres du monde ». 

 

La mise en forme de cette œuvre a été spécifiquement adaptée à l'environnement du Panthéon-Sorbonne où se situe la Sorbonne Artgallery. L'architecture somptueuse de l’espace est particulièrement adaptée pour créer un lien avec un autre thème implicite dans la composition esthétique du projet : la relation entre pouvoir et connaissance, que Foucault a rendu visible dans ses généalogies et archéologies du savoir. Oligocracy, comme toutes les œuvres de PSJM, abrite ainsi une multitude de références dans sa polysémie, ouvrant plusieurs niveaux de sens matérialisés dans ses décisions esthétiques. L’écriture dorée fait référence à l'or en tant que symbole du pouvoir politique et du pouvoir économique. La soie noire qui sert de toile de fond aux nouveaux « emblèmes féodaux » des Trois Grands incarne ainsi un modèle de domination capitaliste, qui soumet le citoyen par le confort et la promesse du luxe. La publicité ambitieuse, par exemple, entraine une tromperie idéologique fondamentale, car elle mène les consommateurs à penser que tout le monde peut avoir accès au luxe (une fausse démocratisation du luxe). Le pouvoir capitaliste vous caresse alors que vous-vous y soumettez : ce n'est pas un hasard que la typographie choisie pour le mot "Oligocracy" qui traverse ces images porte le nom Champagne & Limousines. 

 

La promesse du luxe démocratique et la dissimulation d'un système (l'oligarchie) par un autre (la démocratie) à travers la rhétorique du pouvoir est à la base de ce projet plastique d'économie politique. Les cadres où la Sorbonne Artgallery abrite cette œuvre semblent particulièrement propices pour des images publicitaires -puisqu’ils rappellent les panneaux d’affichage publicitaire dans l’espace public, dont le siège du magnat européen JC Decaux se situe à Paris-. Mais pas de n'importe quelle image publicitaire, car l’environnement architectural de La Sorbonne exige une réflexion sur les relations entre pouvoir, savoir, économie, politique et esthétique qui ne peuvent être montrées autrement que comme une forme de domination soyeuse mais obscure. 

 

Avec ce projet, PSJM revient à sa critique de l'univers idéologique des marques. Le geste n’est pas anodin au vu de la récente censure dont le collectif a fait l’objet*, qui met de nouveau le pouvoir des entreprises au centre de ses préoccupations esthétiques et politiques.

 

* https://art-leaks.org/2017/10/23/psjms-work-censored-at-the-museum-of-european-and-mediterranean-civilisations-marseille-france/

 

PSJM est une équipe de création, de théorie et de gestion composée par Cynthia Viera (Las Palmas G.C., 1973) et Pablo San José (Mieres, 1969). 
PSJM se présente comme une marque d'art, s'appropriant ainsi des procédures et stratégies du capitalisme avancé pour subvertir ses structures symboliques.

12, Place du Panthéon

Aile Soufflot - RDC

75005 Paris

  • Facebook Classic
  • Instagram
  • Youtube
ACADEMIC IMPACT WEB OK1.jpg
Capture d’écran 2018-10-22 à 22.43.58.pn
Capture d’écran 2018-11-29 à 11.58.57.pn